Egletons ou comment se mobiliser pour les énergies renouvelables

Un réseau de chaleur, c’est un réseau de chauffage urbain, en fait, un chauffage central à l’échelle d’une ville.

Il permet d’alimenter des bâtiments (privés, publics, industriels) en chauffage, en eau chaude sanitaire ou en process (pour l’industrie : vapeur, eau surchauffée,… ).

Le réseau de chaleur est généralement un réseau public, qui transporte la chaleur sous forme d’eau chaude ou de vapeur dans des canalisations enterrées, comme les réseaux électriques et gaziers. Les clients se raccordent sur ce réseau pour s’approvisionner en chaleur.

Cette chaleur est produite dans des chaufferies de très grande puissance, gérées de façon industrielle avec la meilleure maîtrise possible de la combustion et des rejets dans l’atmosphère.

La grande diversité des sources d’énergie permet de choisir les
combinaisons d’énergie les plus performantes.
Dans le cas du réseau de chaleur de notre ville, EBENE, qui a réalisé et qui gère de réseau de chaleur bois, garantit au réseau urbain un bouquet énergétique fort en énergies renouvelables avec une utilisation du bois énergie à hauteur de 90%.

L’utilisation du bois énergie pour la production de chaleur permet à  EBENE d’offrir aux abonnés un prix très compétitif et soumis à un taux de TVA réduit (5,5%).

C’est aussi moins d’entretien pour les abonnés (offices HLM, syndics d’immeubles, collectivités locales…)

L’ensemble des installations est conçu pour une durée de vie de plus de trente ans sans baisse de rendement. L’abonné n’a pas de chaudière ni de cheminée, il lui reste à gérer le système de distribution interne du chauffage et de l’eau chaude sanitaire.


Le chauffage urbain a un impact positif sur l’environnement.

La taille et la gestion industrielle des installations permettent d’obtenir de meilleurs rendements de combustion et de plus faibles rejets que la plupart des installations classiques de chauffage.
De plus, les réseaux de chauffage urbain sont des installations soumises à des réglementations très strictes et leurs rejets (poussières, CO2, NOx, SOx, métaux lourds ...) font l’objet de contrôles continus par la DRIRE (Direction Régionale Industrie Recherche et Environnement).

 

Le réseau actuel dessert déjà 12 bâtiments, l’extension concernera les bâtiments suivants :

Collège Albert Thomas (externat) ;
Internat P5 ;
Maison de retraite ;
Maison de santé pluridisciplinaire ;

Église Saint Antoine ;
Hôtel de Ville ;
Cité administrative ;
Cinéma ;

Ecole maternelle Bergeal ;
Hôtel de Bordeaux ;
Siège de l’Office public de l’habitat Pays d’Egletons ;
Maisons particulières se situant sur le tracé du réseau (étude de faisabilité basée sur 10 maisons).


Pour tous les particuliers se trouvant sur le tracé de l’extension qui seraient intéressés il faut contacter Marina LAGARDE, Service Urbanisme au 05 55 93 00 36