actualités

Faisant salle comble pendant 3 ans au Théâtre du Gymnase à Paris, le couple formé par Lucy HARRISON et Fabrice BANDERRA débarque à Égletons.

 

Petite vidéo pour vous mettre en appétit avant le 22 mars.

 


------------------------------------------------

« Tous les chemins mènent à vous » à Égletons en Corrèze

NoA3 france3 aquitaine

 

Bienvenue en Haute-Corrèze, à Egletons entre le plateau de Millevaches, le massif des Monédières et les gorges de la Dordogne. La commune se situe sur les contreforts du Massif Central.
Capitale de la vicomté de Ventadour, une des plus imposante en Corrèze, Egletons propose un large choix de visites, d'architectures et d'histoires de l'époque médiévale en Corrèze.


------------------------------------------------

Conférence d’une rescapée des camps de la mort

Le jeudi 7 mars, Égletons accueillait Frania EISENBACH HAVERLAND. Cette polonaise, arrivée en France en 1945, est venu partager son histoire avec les collégiens de 3ème et les lycéens des collèges et lycées de Haute-Corrèze. Cette conférence avait été organisée par le lycée Albert Thomas à Égletons. Un grand moment d’émotions.

Il est 14h à l’espace Ventadour, les collégiens et lycéens sont installés et Frania EISENBACH HAVERLAND monte sur l’estrade. Le silence se fait immédiatement. Les jeunes présents savent qu’ils vont vivre un moment unique, échanger avec une survivante des camps de la mort de la deuxième guerre mondiale.
Après un mot d’accueil de M. le Maire et une présentation par des représentants associatifs, Frania prend la parole, avec un léger accent polonais et une voix éraillée par les années.
Elle est née dans une petite ville de Pologne, Tarnow, et elle a 13 ans lorsque les allemands envahissent la cité en septembre 1939. Elle va vivre et survivre à 6 ans d’enfer, entre le ghetto de sa ville, et trois camps de concentration et d’extermination : Plaszow, Auschwitz puis Birkenau, camp de Flossenburg en Allemagne et enfin à Thérésienstadt près de Prague.

Pendant une heure et demi, elle va parler de l’inimaginable persécution des juifs d’Europe de l’Est et de la barbarie nazie, de comment une fillette de 13 ans et demi subit sans comprendre les événements, vit dans des caves et des cachettes pour échapper aux nazis. Puis elle raconte le ghetto et la fin du ghetto. Le passage sur la sélection entre les personnes aptes au travail et destinées à la mort est terrible de cruauté. Alors qu’elle devait être exterminée à la sortie du ghetto, elle est sauvée par son frère qui l’emmène dans le groupe de personnes aptes.
Elle part alors dans un convoi composé de wagons à bestiaux qui parcourt 70 km en 3 jours pour rejoindre le camp de Plaszow, connu à travers le film « La liste de Schindler ».
Elle y restera un an alors que l’espérance de vie était de 1 mois. Elle y a même survécu au typhus.
Puis c’est un nouveau convoi en 1944, pour Auschwitz. À son arrivée, elle croise le docteur Mengele, auteur d’expérimentations horribles dans ce camp. Elle échappe à la chambre à gaz et est transférée lors de l’avancée russe vers un nouveau camp en Allemagne. Après quelques mois de travaux forcés elle subit un dernier transfert vers la Tchécoslovaquie où elle arrive dans un camp géré en fait par la Croix Rouge.
Lorsque Frania témoigne, ses souvenirs semblent tout proche. Elle n’hésite jamais à dire l’horreur, la haine, la violence. Elle est souvent près de verser des larmes à l’évocation de ces souffrances. En 1945, lorsqu’elle sera libérée, elle choisira la France comme terre d’accueil en hommage à son père, chef d’orchestre, qui a disparu pendant la guerre et qui lui parlait de Paris.

Elle insiste auprès de son jeune auditoire sur la nécessité de vivre tous ensemble, malgré nos différences, d’être tolérant. Et malgré l’horreur, elle conclut cette poignante conférence par une ode à la vie en rappelant aux jeunes qu’il faut toujours se battre et qu’il y a toujours de l’espoir. Elle leur signale aussi qu’ils ont désormais une responsabilité. Après son témoignage, ils deviennent eux-mêmes « témoins » et « passeurs d’histoire », pour ne jamais oublier.

Cette expérience restera à jamais gravée dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance d’y assister.


------------------------------------------------

------------------------------------------------

------------------------------------------------

La synthèse du Grand Débat National à Égletons

 

Vendredi 15 février, la municipalité d’Égletons avait décidé d’organiser une réunion publique dans le cadre du Grand Débat National lancé par le gouvernement. En présence de Christophe JERRETIE, député de la Corrèze, et de Daniel CHASSEING, sénateur de la Corrèze, plus d’une centaine de personnes étaient réunies au château Robert. L’objectif de chacun était de débattre pour faire remonter des problèmes et des situations aux élus de la République et apporter des pistes de solutions aux questions posées dans le cadre du Grand Débat.

Retrouvez ici la synthèse de la réunion publique, qui sera également envoyée à la plateforme du Grand Débat.

 

 

Télécharger
La synthèse du Grand Débat Nationale à Égletons
Grand débat Egletons 15 février 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 169.8 KB

------------------------------------------------


------------------------------------------------

Retrouvez plus de photos concernant les communiqués sur facebook.com/egletons.  Alors n'hésitez pas rejoignez -nous sur facebook


information communauté de communes de Ventadour-Égletons-Monédières

 

Dans le cadre de l’élaboration du plan local d’urbanisme intercommunal (P.L.U.I), un registre de concertation est disponible à la communauté de communes de Ventadour-Égletons-Monédières,

carrefour de l’épinette

19550 LAPLEAU

tél 05.55.27.69.26

du lundi au vendredi

8h30-12h et 13h30 17h.